Gagner et vibrer, c’est le but poursuivi par tous les parieurs partout dans le monde. Et beaucoup de ces amateurs de fortes sensations tombent bien vite dans l’addiction en pariant à tout va, sur un coup de tête. Il n’est déjà pas du tout facile de gagner un pari bien pensé. Il l’est donc encore moins quand on le fait de façon impulsive. Alors, comment faire pour éviter de se retrouver pris au piège ?

Ayez toujours une vraie raison de parier !

Ne pariez surtout sur une simple « intuition » ou parce que « c’est le moment ! »

  • Un pari doit reposer sur une bonne raison.
  • Vous devez pouvoir expliquer, argumenter votre choix de jouer une équipe plutôt qu’une autre.

Jouez avec votre cerveau et non votre cœur !

Le cerveau est aux paris sportifs ce que le cœur est à l’amour. Autrement dit, les paris sportifs sont gagnés si on utilise sa raison. Là où on reçoit l’amour d’un être en touchant son cœur !

La comparaison peut sembler douteuse. Pourtant, rien n’est plus vrai. Si la raison n’intervient pas dans le sentiment amoureux, sachez aussi que le cœur ne doit pas rentrer en jeu quand on parie.

De fait :

  • évitez de jouer une équipe juste parce que vous l’aimez bien. Ou parce que vous vivez dans la ville dont elle porte les couleurs. Rien n’interdit bien sûr de miser sur le club de son cœur. Mais sachez faire preuve d’objectivité ;
  • ne suivez l’avis de personne ! Pas même d’un proche, sur une équipe ou un joueur particulier si, raisonnablement, vous savez que cela ne vous mènera nulle part.

Ne vous laissez pas avoir par la cote !

Nombreux sont les parieurs, surtout les plus novices, qui ne jurent que par les cotes. Ils sont convaincus qu’il suffit de se fier aux chiffres pour remporter le gros lot ! Ce n’est pas vrai. Parce que :

  • le pari est avant tout une question de chance et non de maths. Vous vous dites certainement ici qu’il y a une contradiction. Tantôt, nous vous invitions en effet à user de votre raison. Et à présent, nous vous rappelons que le hasard est un paramètre important dans un pari.

Eh bien, sachez que les cotes sont calculées en fonction des choix opérés par les parieurs. Or ces derniers comme évoqués justement plus haut ne font pas toujours des choix raisonnés. Bon nombre des choix comptabilisés lors du calcul des cotes sont donc subjectifs ! Le résultat immédiat en est que ces cotes traduisant la volonté d’hommes guidés par tout sauf leurs têtes, sont elles-mêmes biaisées !

  • Les cotes donnent une tendance, celle du moment. Mais pas la vérité, celle qui s’imposera…

Attention donc à ne pas se baser systématiquement sur elles pour opérer votre choix personnel. Faites vos propres analyses. Ne vous accrochez pas à l’idée selon laquelle : « si tout le monde pense que c’est le bon cheval, c’est que c’est forcément le bon ! »

Il n’y a pas de « stratégie » plus perdante que de compter sur autrui pour gagner !

Ne franchissez jamais la ligne rouge !

L’addiction est une maladie qui, une fois installée, est très difficile à combattre. Boire de l’alcool, fumer un joint, être accro au porno, c’est vite arrivé et pour s’en sortir, ça devient un combat permanent. Sachez qu’un autre cas très fréquent d’addiction est celui lié aux jeux ! Les paris sportifs, c’est bien, tant que ça ne devient pas une obsession. Une « dose quotidienne » d’adrénaline à s’envoyer.

Fixez-vous donc clairement des limites à ne pas dépasser.

  • Déterminez un budget journalier, hebdomadaire, mensuel ou encore annuel précis au-delà duquel vous dites « Stop, plus de pari ! » ;
  • Ne misez jamais plus de 10 % de votre budget jeu sur un pari. Car, comme vous le savez bien, aucun pari n’est sûr. Cela vous permet de minimiser vos pertes et de garder votre moral en cas de pari non gagnant ;
  • Ne pariez jamais avec de l’argent qui ne vous appartient pas. Vous courrez droit devant de gros ennuis ;
  • Fixez clairement le temps maximum que vous décidez de consacrer sur une période donnée à vos activités de paris.

Deux règles d’or !

  • Ne cherchez pas après une grosse perte, à vous relancer aussitôt en pariant à nouveau ! Prenez le temps de digérer et de réfléchir pour tirer les leçons qu’il faut ;
  • Imposez-vous une pause quand vous êtes confrontés à une suite de paris non gagnants ! Calmez-vous un temps et retrouvez toute votre sérénité avant de vous remettre dans le bain.

Ne pariez que sur ce que vous maitrisez !

En voilà une recommandation bien radicale, remarquerez-vous ! Où se trouverait donc l’intérêt de ne miser que sur le sport qu’on connait ? Ne pas explorer d’autres horizons, ce serait perdre l’occasion de trouver de nouvelles sources d’allégresse !

Vous avez raison. Il faut bien sûr ne pas s’accrocher uniquement au foot parce que c’est le foot seul qu’on connait. Mais vous avez aussi tort ! Si du moins, vous pensez qu’il suffit de savoir parier sur un sport donné pour détenir la formule magique celle qui vous fera gagner dans tous les autres sports.

Que vous soyez un parieur qui commence tout juste ou un « professionnel » expérimenté,

  • glanez d’abord tout ce que vous pouvez sur le nouveau sport qui vous intéresse ;
  • ne cessez jamais d’apprendre, de perfectionner votre connaissance du jeu en question, de ses règles, de ses acteurs !

En clair, ne vous jetez pas à l’eau, en pensant qu’« un professeur d’université peut enseigner toutes les matières, parce que c’est un savant ! » Ce n’est pas parce que vous maitrisez les rouages d’un sport que vous devenez un expert dans tous les autres ! Gardez cela dans un coin de votre tête.

Le terrain des paris sportifs est un terrain glissant et parsemé de pièges. Miser de façon impulsive, en laissant de côté le bon sens, est l’un d’eux. Et cela peut très vite devenir une habitude. Or, comme le dit le dicton, « l’habitude est une seconde nature ». Une fois installé, il est vraiment compliqué de s’en débarrasser. Il vaut donc mieux voir le danger de loin et s’en prémunir. Tenez à rester maître du jeu en adoptant de saines attitudes en tant que parieurs. Vous vous rendrez alors un grand service.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here